Dans les années 80 du siècle dernier l’on pouvait encore rencontrer a Pau, je la vois encore, une vieille dame très digne, mais encore vive, vêtue de couleurs sombres. C’était la Veuve de René-Marie Castaing, béarnaise de pure souche par son père, puisque née d’Espalungue d’Arros, mais comtoise par sa mère, née Buyer. Elle incarnait la mémoire d’une oeuvre et d’un talent, ceux de René-Marie Castaing (1896-1943), Grand Prix de Rome en 1924.

Sans doute se souvenait-elle des séances de pose demandées par l’artiste et n’avait-elle pas oublié qu’on pouvait retrouver son portrait, en Marie, sur Jésus chez Marthe et Marie, la composition du prix de Rome tant recherché et d’autant plus convoité par Castaing que son futur beau-père en avait fait la condition de son acceptation du mariage de sa fille avec quelqu’un, je la cite, « qui n’était pas gentilhomme »

Jacques Perot – Conservateur général du patrimoine – Ancien conservateur du château de Pau

Actualité

La toile de Castaing a retrouvé sa place

L’œuvre de René-Marie Castaing, Grand prix de Rome datant de 1932, vient de retrouver sa place dans la nef de l’église. Elle avait été abîmée par les intempéries puis remise en état par le restaurateur Jean-Marc Stouffs, dans le Lauragais, à Mourvilles-Hautes. René-Marie Castaing, qui a réalisé plusieurs œuvres dans l’église Saint-Magne, s’est éteint à l’âge de 47 ans. Avec son épouse, il a eu huit enfants, dont deux figurent sur la toile.

Sud Ouest, par D. Jouandet Humbert, publié de 20/06/2016.

Lire la suite

r

Toute personne possédant ou connaissant des personnes ayant des oeuvres de René-Marie Castaing serait aimable de bien vouloir entrer en contact avec Michel R.M CASTAING.
 Au 05 59 27 29 10 ou par email